Puits canadien

Principe

En hiver : récupérer l’énergie thermique du sol pour la transmettre à l’air de renouvellement et ainsi le préchauffer avant qu’il n’entre dans le bâtiment (canadien). En été : céder l’énergie thermique de l’air de renouvellement au sol et ainsi le rafraîchir avant qu’il n’entre dans le bâtiment (provençal).

Caractéristiques techniques :

  • Nombre de tubes : 22
  • Longueur d’un tube : 42 m
  • Diamètre d’un tube : 253 mm (intérieur)
  • Surface de terrain : 840 m² environ
  • Débit d’air maxi : 10.000 m3/h

Données technico-économiques :

  • Le renouvellement de l’air représente environ 15 % des déperditions d’une maison normalement isolée. Le puits canadien couplé à une VMC double flux réduit d’environ 80 % les déperditions par renouvellement d’air et apporte une solution de rafraîchissement « gratuit » en été.
  • Terrassement compris, le coût d’installation d’un puits canadien couplé à la VMC double flux se situe entre 8.000 et 10.000 €.
  • Le puits canadien est particulièrement adapté dans les régions où les variations de températures sont extrêmes.
  • Le dimensionnement d’un puits canadien doit tenir compte de plusieurs paramètres : besoins liés à la maison, surface de terrain, caractéristiques du sol.
  • Dans les régions granitiques, il faut tenir compte de la présence de radon (gaz radioactif naturel).
  • Le tuyau choisi doit être résistant pour tenir à la pression de la terre, étanche pour éviter les infiltrations d’eau et de radon et ne doit pas dégager de vapeur nocive. (PVC peu recommandé, Polyéthylène ou tuyaux pour câbles électriques OK).
  • Lors de la pose des canalisations, il faut observer une pente d’environ 2 à 3 % afin de permettre l’écoulement de la condensation de la vapeur d’eau contenue dans l’air vers un siphon d’évacuation ou un regard et permettre aussi une inspection visuelle de la tuyauterie.

Animation

Vidéo

Schéma