Isolation, pont thermique

Principe

Toute la construction a été réalisée pour éviter tout pont thermique engendré par le bâti. L’ensemble de la construction est isolé avec différents types de matériaux ayant chacun ses propres caractéristiques.

Données technico-économiques :

1. Pont thermique

Sur l’enveloppe d’un bâtiment, il existe deux sources de déperditions de chaleur par les parois : les déperditions surfaciques (à travers la surface de paroi) et les déperditions linéiques (au pourtour de paroi). Un pont thermique est un endroit de l’enveloppe d’un bâtiment où sa résistance thermique n’est plus homogène.

Pour imager la conductivité thermique, prenons l’exemple d’une casserole où l’on mettrait de l’eau à bouillir et dans laquelle on laisserait plonger une cuillère en inox. Si ma cuillère avait été en bois, je ne me serais pas brûlé en la reprenant !

La présence d’un pont thermique important ou non traité se caractérise le plus souvent par l’apparition, durant les jours les plus froids, de condensation sur les plinthes, aux angles de murs, aux pourtours de menuiseries. Ce phénomène peut entraîner à long terme ou à court terme, en fonction de l’aération du logement, l’apparition de moisissures sur les murs.

Il existe trois types de ponts thermiques:

• les plus connus, les ponts thermiques linéaires qui caractérisent les déperditions à la jonction de deux parois, par exemple entre un plancher bas et un mur extérieur ;
• les ponts thermiques dits “ponctuels” qui caractérisent les déperditions à la jonction de trois parois, par exemple, un angle bas de mur ;
• les ponts thermiques dits “structurels” qui caractérisent les déperditions liées à la technique de mise en œuvre d’un isolant, par exemple, isolation par panneaux de laine de verre fixés sur le mur vertical par des rosaces à tiges métalliques ou posés sur des rails métalliques.

Les ponts thermiques linéaires sont aux liaisons :

• d’un plancher bas et d’un mur extérieur,
• d’un plancher intermédiaire et d’un mur extérieur,
• d’un mur de refend et d’un mur extérieur,
• d’une poutre de refend et d’un plancher bas ou d’un plancher haut.
• en pourtour de menuiseries ;
• aux seuils de portes ou de portes-fenêtres ;
• à la liaison d’un plancher haut et d’un mur pignon.

2. Isolants

Sur l’enveloppe d’un bâtiment, il existe deux sources de déperditions de chaleur

1 - Sous-sol  terre-plein :
Panneau en mousse de couleur bleue à haute résistance thermique et mécanique.

2 - Sous-dalles hautes salles et circulation :
Panneau en laine de roche rigide.

Avantages :
• Tenue au feu
• Performances acoustiques

3 - Sous-sol parking :
Panneau composite en laine de bois constitué d’une âme en laine de roche et de deux parements en fibres longues de bois (résineux sélectionnés, minéralisés et enrobés de ciment blanc)

4 - Sheds :
Panneau semi-rigide en laine de verre

Avantages :
• Élasticité
• Excellente tenue mécanique
• Performance thermo-acoustique

5 - Façade bois Panneau semi-rigide en laine de verre noire pour l’isolation thermo acoustique par l’extérieur 6 - Terrasse Panneau isolant non porteur support direct des revêtements d’étanchéité pour toitures :
– des terrasses, y compris les chemins de circulation,
– des terrasses techniques et zones techniques.
– des toitures-terrasses végétalisées.
– des toitures-terrasses photovoltaïques Performance thermique et acoustique

Réaction au feu : Euroclasse A1 (incombustible)
Stabilité dimensionnelle
Imputrescibilité

7 – traitement acoustique des ateliers.